Intéressé par une solution sur mesure? Contactez-nous

Intéressé par une solution sur mesure?

Soins de Santé | 10.04.18 | minute(s) reading time
NEMO : l’étape suivante dans les troubles moteurs

Cor Mulder

Marketing Manager

Le projet « NEMO : the Next Move in Movement Disorders » résulte d’une collaboration unique entre le Centre médical universitaire de Groningue (UMCG) et ZiuZ Medical B.V. de Gorredijk. ZiuZ est une entreprise innovante, chef de file dans le domaine du développement d’une technologie d’intelligence visuelle à la pointe du progrès. Le groupe de recherche du Prof. Dr. Marina de Koning-Tijssen de l’UMCG s’axe sur le diagnostic et le traitement de troubles moteurs hyperkinétiques. En combinant la connaissance du Prof. Dr. de Koning-Tijssen et le savoir-faire technique de ZiuZ, de nouvelles possibilités améliorées pour le diagnostic et le traitement de troubles moteurs hyperkinétiques ont été créées.

 

Des patients, à la fois des enfants et des adultes, atteints de troubles moteurs hyperkinétiques sont confrontés à des mouvements excessifs et involontaires, par exemples des tremblements, une dystonie, une chorée ou une myoclonie. Il peut s’avérer difficile de diagnostiquer le type correct de trouble moteur car les symptômes apparaissent similaires et des troubles moteurs multiples peuvent se manifester simultanément. En cas de diagnostic incorrect, il se peut que le traitement n’ait aucun effet, voire ait un effet négatif. Prof. Dr. de Koning-Tijssen : « Il faut un certain savoir-faire pour déterminer le type correct de mouvement involontaire, raison pour laquelle le diagnostic est souvent posé par un groupe trié sur le volet de spécialistes. Toutefois, même dans la pratique, il arrive fréquemment que ces spécialistes divergent d’opinion. » En outre, souvent, les hôpitaux généraux ne disposent pas de ces spécialistes au sein de leur personnel, ce qui implique que les patients doivent faire le déplacement vers des hôpitaux universitaires pour un diagnostic correct ou que des vidéos doivent être envoyées aux spécialistes. Dès lors, les temps d’attente dans les hôpitaux universitaires sont longs.

. Le projet NEMO combine la connaissance de l’UMCG et de ZiuZ Medical. Gerrit Baarda, fondateur et propriétaire de ZiuZ : « Le but est de développer la connaissance concernant l’utilisation de l’intelligence artificielle afin d’aider à établir le diagnostic et le traitement de troubles moteurs hyperkinétiques. En fin de compte, cela contribuera également au diagnostic de troubles moteurs au niveau d’hôpitaux généraux ». Le développement d’un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) est dès lors conforme à la vision et à la mission de ZiuZ : « Aider à résoudre des problèmes sociaux et à faire du monde un endroit où il fait meilleur vivre ». L’objectif du projet NEMO, d’une durée de trois ans, consiste à mettre en place un ‘principe de preuve’ pour un outil CAD. Baarda : « Un aspect unique du projet NEMO est que 50 sujets, présentant au moins un des sept troubles moteurs, seront invités à contribuer à atteindre le principe de preuve. Leurs mouvements seront mesurés à l’aide de capteurs de mouvements, d’une électromyographie (EMG) et d’images vidéo en 3D. ZiuZ vise à développer l’outil CAD à l’aide de ces données ».

Le projet NEMO est cofinancé par l’Union européenne : le fonds de développement régional (par le biais du SNN – le Partenariat Nord des Pays-Bas) et la Province de Frise.

 

Nouvelles associées